Donald Trump fait-il grimper nos taux hypothécaires ?

Avec l’avènement de Donald Trump à la Maison Blanche, ce sont les taux à long terme qui se sont mis à grimper. Ceux qui souscrivent à un crédit hypothécaire peuvent en témoigner. Quant à savoir si nous sommes face à un phénomène de courte ou de longue durée, les avis des spécialistes sont mitigés.

En Belgique, fin de la semaine dernière, le taux belge sur une période de 10 ans a atteint 0.74%, soit près de huit fois plus comparée au taux en vigueur en septembre dernier. Ce qui est à l’origine de cette hausse ? L’élection de Donald Trump est ses positions en termes de politique économique provoquant une crainte chez les investisseurs qui ont revendu leurs obligations en masse.

Les premiers à ressentir cette hausse sont les personnes à la recherche d’une maison. D’autant plus que plusieurs banques ont déjà revu leurs taux hypothécaires à la hausse ces dernières semaines. Un exemple : Belfius qui a fait passer le taux des crédits à 20 ans de 2.77% à 2.86% ce mois-ci. Le tout avec une approche personnalisée en fonction des spécificités du dossier client. Du côté de BNP, où les taux n’ont pas encore été revus à la hausse, mais ils le seront dès le mois de décembre.

L’avis de spécialistes du secteur, à propos de l’évolution de cette augmentation, varie quelque peu. Chez ING, on pense que 2017 sera une année charnière où les taux d’intérêt seront à la hausse, et ce, sur le long terme. Là où d’autres économistes estiment que la chance que les taux hypothécaires atteignent leur taux le plus bas est faible, mais selon eux, les consommateurs ne doivent pas trop se tracasser dans la mesure où l’économie est toujours relativement affaiblie et que la Banque Centrale Européenne table toujours sur de faibles taux d’intérêt. Deux facteurs qui font en sorte que les taux ne connaîtront pas de grandes flambées dans l’immédiat.

Selon un économiste de BNP, même si la poursuite de l’augmentation des taux d’intérêt est fonction des positions de Donald Trump, sur le long terme, les taux d’intérêt ne devraient pas augmenter de manière spectaculaire d’autant plus que BNP prévoit un maintien du taux zéro de la BCE et ce, encore pour un bon bout de temps.

Du côté des épargnants, ils devront encore composer avec les faibles taux sur leur épargne. Pour que la situation change, il faudrait que la BCE opère un volte-face au niveau de sa politique monétaire. Le taux à court terme restera faible, et ce encore pour un bon bout de temps.

Tags

"